30 novembre 2012

Quand tu bois un thé, n'oublie pas celles qui ont ramassé les feuilles

DSC00298

« Quand tu manges un fruit, n'oublie pas celui qui a planté l'arbre ».

Ainsi s'exprimait Le Huu Tho, ancien travailleur indochinois « immigré de force » durant la Deuxième Guerre mondiale,(les indochinois étaient employés notamment pour développer le riz et récolter le sel en Camargue) lors d'une cérémonie d'hommage officiel a Arles(source:http://www.libemarseille.fr/henry/2009/12/arles-hommage-aux-indochinois-immigr%C3%A9s-de-force-.html).

Voir dans quelles conditions est produit, fabriqué,ramassé, cueilli, confectionné, pêché,ce qui est dans nos assiettes, nos salons, ce qui nous sert de vêtements, de moyens de transport, de communication n'est pas toujours possible. Alors quand l'occasion se présente, pourquoi ne pas la saisir ?

C'est ce que je me suis dit en allant dans les plantations de thé à Munnar, autre étape de notre voyage au Kerala. Située à 1700 metres d'altitude , cette ville est entourée de champs de thé, dans lesquels travaillent des milliers de travailleurs(et surtout de travailleuses). Avec Rajesh, un guide du coin, nous avons fait le tour d'une petite partie des plantations. Cela a permis d'avoir des informations sur le fonctionnement de la récolte du thé dans cette région.
La majorité des personnes faisant la cueillette du thé sont des femmes.

DSC00307

Leur journée commence entre 7H30 et 8H jusqu'à 13H. Après une pause d'une heure pour manger, retour aux champs pour travailler jusqu'à 18H, 18H30. Du lundi au vendredi avec ces horaires. Le samedi de 7H à 14H. Repos le dimanche. La récolte du thé s'effectue durant quasiment toute l'année, vu le climat. Le salaire mensuel est aux alentours de 3000 roupies. Éventuellement quelques centaines de roupies en plus en cas de cueillette plus élevée que la moyenne des travailleuses. A ces 3000 roupies, enlever entre 1200 et 1400 roupies pour l'assurance et le logement des travailleuses, logées dans des baraques collectives à quelques mètres des plantations.Le salaire mensuel est donc d'environ 1400, 1600 roupies, soit une vingtaine d'euros....

Nous avons marché durant une douzaine de kilomètres à travers ces champs de thé.
Voici quelques photos.

DSC00281

DSC00283

DSC00287

DSC00299

DSC00302

DSC00312

DSC00317

 

DSC00319

Ici Delhi, à vous Kampala.

Posté par wokito à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Quand tu bois un thé, n'oublie pas celles qui ont ramassé les feuilles

Nouveau commentaire