31 janvier 2013

Uganda Part 3

 

Photo 388

D comme désir.

Mais est-ce vraiment un désir ? N'est-ce pas un besoin ? Désir de connaître ses origines ou besoin de savoir et voir d'où l'on vient ?

Désir de découvrir ou besoin d'ouvrir une nouvelle boîte qu'on espère pleine de chocolats et de friandises aux saveurs encore inconnues ?
Désir de reprendre contact ou besoin de reconstituer un lien rompu avec le temps ?

Besoin ou désir ? Je ne saurais vous le dire. Besoin ou désir ? Je ne saurais vous l'écrire. Besoin ou désir ? Ce qui les sépare est moins épais qu'un soupir. Et lorsque la satisfaction du besoin paraît au mieux lointaine, au pire impossible, que faire ?

Calmer sa soif en buvant des livres d'écrivains ougandais comme Moses Isegawa, calmer sa faim en mangeant des documentaires comme Amin de Barbet Schroeder. Résoudre temporairement sa famine émotionnelle en recevant des sacs de riz remplis de grains de souvenirs paternels.

Se protéger du séisme affectif en se réfugiant à la bibliothèque rayon géographie de l'Afrique. Et parfois se noyer dans l'océan des origines parce que les planches du radeau construit ne sont pas assez solides...

Dix ans de vide qu'on remplit en bricolant, dix ans d'absence qu'on peuple en se débrouillant, dix ans de manque qu'on comble en improvisant, dix ans de brouillard qu'on traverse en se couvrant... On s'accroche à la dernière lettre comme un naufragé à un rocher, on s'agrippe aux photos conservées comme un noyé à une bouée...

Vivre dans une société avec une double culture sans avoir de contacts avec l'une d'entre d'elles, qui, d'ailleurs, est la plus visible physiquement, c'est comme faire du vélo avec une roue dégonflée. Les personnes croisées sur la route ne vous posent pas de questions sur la roue arrière gonflée mais toujours sur la roue avant qui, en plus d'être dégonflée, n'est pas de la même couleur que la roue arrière. Vous pouvez roulez avec une roue de vélo dégonflée, d'ailleurs je suis sur que beaucoup d'entre vous l'on déjà fait. Mais combien de temps peut-on rouler avec une roue dégonflée?Est-ce qu'on peut faire des centaines de kilomètres ?Est-ce qu'on peut gravir l'Alpe d'Huez ?

Est-ce qu'on peut grimper au sommet du Ventoux, en plein été ? Est-ce qu'on peut traverser les Pyrénées ?

Ça paraît compliqué... Alors qu'est qu'on fait ? On descend du vélo ? On arrête de pédaler ?

Je n'ai pas eu à descendre du vélo. J'ai eu de la chance. Une personne à des centaines de kilomètres de la route sur laquelle je roulais m'a envoyé une pompe par la poste. Le 21 mai 2006 je l'ai reçu sur un stade d'athlétisme au Nord de la Bretagne et j'ai commencé à gonfler la roue avant...

Je n'ai pas gonflé tout seul.

Photo 412

La personne qui avait envoyé la pompe,Joseph Sakwa, un de mes cousins ougandais,a également mis du sien. Et j'ai terminé de gonfler la roue

en prenant l'avion le 21 août 2007 à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle direction Entebbe.

 

Photo 025

La roue est regonflée.

Mais vers où a-t-on et va t-on pédaler?

Posté par wokito à 15:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Uganda Part 3

    Avec une roue dégonflée, on avance moins vite, c'est plus fatiguant et décourageant...
    Salut mon ami Pierrot, content de voir que ta plume, peut nous envoyer sur la lune. Juste ces quelques mots pour te dire hello.

    Romain

    Posté par Romain, 02 février 2013 à 13:03 | | Répondre
  • Eh ben! " D ",on est pas prêt d'arriver au bout...oui mais, et après? " AA " BA " etc...
    c'est super sympa cette belle façon d'écrire...j'aime!
    Amicalement
    Ami Gilbert
    www.stjacquespassion.com

    Posté par AmiGilbertAhuy, 04 février 2013 à 19:29 | | Répondre
Nouveau commentaire